La veille est un métier, pas une compétence…

18 Jan

Petit rapport d’étonnement sur un débat vieux comme la veille, mais qui mérite encore quelques réflexions : la veille est un métier à part entière, pas une simple compétence de plus… Débat ravivé selon moi par le développement du web et de ses outils tous plus performants les uns que les autres ; mais qui sans méthodologie ne sont plus si performant que ça…

Veille-competence.jpg

Cet étonnement par de divers constats, échanges et lectures…

Tout d’abord, un très bon billet écrit par Marie sur l’œil au Carré, et intitulé La veille, son métier et ses idées reçues. Car sans le détailler, Marie postule que la veille est un métier… Nous pourrions déjà débattre de cette question, mais ici, aujourd’hui, c’est parti pris, donc oui : la veille est un métier.

Alors qu’est-ce qui peut bien (me) faire douter que cette vision métier de la veille et de la recherche d’informations n’est pas accepter de la même manière par tout le monde (en tout cas les personnes qui ont recours à de la veille) ?!

La veille une simple compétence ?

Ah le web… Devenu indispensable pour certaines organisations, il n’en reste pas moins un territoire de communication, marketing ou autre, complexe à appréhender. Complexe car sans cesse en changement, complexe car des millions d’émetteurs diffusent de l’information à chaque seconde. Et qui dit information croissante dit difficulté d’accès et nécessité de collecter et qualifier de manière fiable cette information.

Mais le web est magique, ne cessons pas de le rappeler… Car sur le web il y a des outils pour collecter l’information… Il y a même beaucoup d’outils ! Et c’est là que le premier « problème »  se pose.

Ce n’est pas parce que vous avez accès à des outils qui collectent de l’information que vous ferez une collecte ou une veille fiable. Frédéric le soulignait dans son article à charge contre la curation : les nouveaux usages tendent vers la multiplication des informations, la reproduction à l’identique des mêmes contenus, posant ainsi de nombreuses questions : qu’elle est la source originale ? L’information est-elle fiable ? Comment l’intégrer dans une prise de décisions ? Etc.

« Oui mais il y a des supers outils clés en main avec des reporting tout faits ! En plus ils fournissent des zolies graphiques »… Certes. Mais d’une part ces outils sont vite limités, et d’autre part ne pas comprendre au minimum comment fonctionne ce type d’outils (sélection des panels, capacité de crawling, etc.) montre là aussi vite ces limites. Et au niveau du gratuit, comme le souligne Christophe, il parait inquiétant de se reposer seulement sur Google. Google, aussi bon soit-il, n’est pas pour autant l’outil magique qui va vous permettre de fouiller en profondeur le web…

Et ce n’est toujours pas un outil qui va vous permettre d’intégrer ce genre de problématiques à votre stratégie, ce n’est pas un outil qui va vous permettre d’acquérir certains réflexes, certaines pratiques de lecture, d’analyse, de mise en doute des informations collectées…

Seulement voilà, il suffit de lire certaines offres d’emplois pour tomber sur les poncifs du type (je cite ici de vraies offres) :

==> « [Vous] Faites un suivi et une veille online des sites auprès de nos clients

==> « Surveillance des dernière tendances sur le web »

==> « Production de rapports de veille pour nos clients »

Rien d’étonnant me direz-vous… Pour moi si, car ces offres sont des postes de community manager ou communicant ! Autrement dit, en plus de savoir communiquer, créer des sites, faire des reporting, etc., on demande aussi à la même personne d’établir des stratégies de veille.

Tout le monde sait que pour travailler dans le web il faut être un couteau suisse numérique, mais je m’interroge sérieusement sur la qualité des résultats fournis par une personne qui, en plus d’un métier à plein temps (gérer une communauté, définir des stratégies de communication), doit établir une stratégie de veille efficace.

Qui plus est lorsque cette personne n’a pas été formées à la veille et à la recherche d’information, ou tout du moins qu’elle n’en a qu’une pratique personnelle (demande-t-on à un conducteur de scooter de faire le Paris-Dakar juste parce qu’il conduit bien son deux-roues ?). Le constat est donc là : la veille devient de plus en plus une compétence comme les autres, un « curator » tweetant de manière active pouvant fournir des informations fiables et fouillées pour prendre des décisions stratégiques (c’est bien connu)… Au pire, il y a l’outil magique !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :